Pari Sportif Pro A

ProAL’élite du basket français s’affronte dans le championnat de Pro A. Les 18 meilleurs clubs de France (16 clubs entre 2006 et 2014) évoluent en Pro A et se disputent le titre de champion national.

A la fin de la saison régulière, pendant laquelle chaque équipe affronte à deux reprises toutes les autres, les huit meilleures formations sont en playoffs. Après les 30 matchs du championnat, les quarts de finale se jouent au meilleur des trois matchs, tout comme les demi-finales, avec l’avantage du terrain pour l’équipe la mieux classé en saison régulière. La finale du championnat de France change souvent de formule. Depuis 2013, la finale de Pro A se dispute au meilleur des cinq matchs, avec là encore l’avantage du terrain pour le club le mieux positionné à la fin de la première partie de la saison.

Cote Bookmaker Pro A

playoff - round-final - 5
Tour
  • round-1/4
  • round-1/2
  • round-fina
  • Tous
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Aucun match

L’histoire du championnat de Pro A a été marquée par des clubs comme l’ASVEL-Villeurbanne et ses 17 titres nationaux, le CSP Limoges, sacré en 2014 avec le duo Gomis-Petro, dignes héritiers des Dacoury, Murphy, Collins (3 fois MVP), Brooks, Ostrowski et Zdovc. Autre club mythique, Pau-Orthez (9 titres), qui dominait le basket français entre le milieu des années 90 et 2000 avec les frères Piétrus, Boris Diaw et avant eux Rigaudeau, les Gadou, Fauthoux et les Américains Carter, McRae, Sellers et les Européens Lukovski et le géant Muresan.

L’ASVEL a aussi eu de grands joueurs en Pro A avec Alain Gilles et Delaney Rudd, mais aussi Digbeu, Bonato, Bilba, Howard. Le Championnat de France a été marqué par la présence de joueurs US passés par la NBA, comme David Rivers, Bruce Bowen, Mickael Ray Richardson, Michael Young ou encore JR Reid, champion avec Paris en 1997. Parmi les coachs, la Pro A a eu son lot de maîtres tacticiens avec Gomez, Bergeaud, Maljkovic, Tanjevic, Ivanovic, Monschau, Beugnot ou encore Vincent Collet. 

Enfin, le Mans, Nancy, Strasbourg, mais aussi Antibes, Cholet et les banlieusards de Levallois et Nanterre ont aussi écrit l’histoire de ce championnat qui a formé les Parker, Batum, Diaw et autre Rigaudeau.